Tous candidats !

Opération lancée aujourd'hui par le photographe JR, pour que les électeurs s'expriment.

Réflexion en pantoufle (d’éponges)

Publié dans art

Ouverture d’un lieu d’exposition des sculptures de Marc Petit

au Clos des Cimaises près de Surgères.

Publié dans art

Prenons un peu d’altitude,

 mais le terrain devient délicat, comme dans une campagne électorale…

Profiter du marché pour vendre à sa fenêtre ses petites affaires.

Les pétanqueurs créent un tableau dans le style d’Olivier Suire-Verley.

Attention il ne s’agit pas de projectiles; mais çà peut tirer dans tous les coins…

Le poste de télé peintre;c’est presque le 11 septembre et aussi le 22 mars;

 il suffit de dérégler le poste un peu pour le révéler à lui-même!
J'aimerais en avoir un comme cela.

Publié dans art

Moteur monté sur roulettes:

 : il n'a plus besoin de dévorer de l'énergie!

Les cinq images précédentes sont aussi à découvrir.

C’est dimanche ; on marque des buts.

Mais après le match on ne se risquera pas dans la salle d'exposition des peintres située juste en face.

Salon de peintres , passionnés…

Publié dans art

Station d’autoroute : presqu’une galerie des glaces!

Expo de design :

 Grannyplantus (jeu recomposable et modulaire de plantes synthétiques) sans épines… Tarnovo : tables et chaises en châtaignier massif perforées de multiples trous aléatoires. (ainsi des grosses miettes pourront tomber directement sur ceux placés sous la table)

Publié dans art

Rénovation de centre ville;

Dégagez, dégagez, ici il y a des sous à se faire !

Stage dirigé par Michel Portier.

Publié dans art

Affiche détournée.

Avant l'ouverture de la campagne électorale, c'est le moment de s'exprimer.

Reprenons les pantoufles du quotidien…

-oeuvre de G Lhériteau – attention à ne pas devenir un clown.

Publié dans art

Ne soyons pas comme ce choeur qui tournoie autour d’un cadavre

  (Atys), car le carnaval est loin d'être mort ; le baroque est redevenu très vivant , et les eaux de la lagune

revivifient l'imagination.

Mardi : dernière vision du carnaval devant la gare ;

 les deux pieds dans le pot ou la poubelle, on dirait un Godot post-moderne ; le carnaval attendrait-il quelque chose?
Pour les costumés français il est urgent d'agir pour arrêter la "décadence".

Lundi : le temps se gâte , un peu de rêve éveillé au Florian.

Dimanche : la foule, l’étouffement;

 les costumés ont disparu ; les déguisés les remplacent ;  les calle sont engorgées ;

150000 personnes…les costumes historiques sont réfugiés dans les palais ; et comme chaque année

c'est la désorganisation à la gare pour ramener chez elles les foules venues de toute la région !

Samedi sur la Piazzetta : nous pausons au soleil fort agréable;

 mais lorsque  la foule  devient trop compacte et menaçante pour nos costumes, nous revenons chez nous à l'abri. San Marco est livrée aux improvisations et éructations diverses.

Vendredi : les horreurs marchandes du cru 2012 ;

un taureau à brûler (hors tradition) ; des pseudos costumés à numéros pour
satisfaire place San Marco le touriste de passage , des enceintes payantes….Courage , fuyons !

Jeudi : comme chaque année, à l’appel de Wolfgang, les costumés se réunissent le matin sur les marches de la Salute;

 un oiseau brésilien est venu se poser…Les photographes accourent. Ensuite on va titiller la statue du garçon à la pointe de la Dogana. Puis on se disperse pour se retrouver en fin d'après-midi à San Giorgio.