Cimetière vers Tafraoute.

YPH-2015-01-09-cimetiere

Je comprenais

désormais le sens du mot «douleur»

c’était le temps de l’anxiété majeure

lorsque

les végétaux accumulés d’année en année

se décomposent sur place

dans ce sol qui pourtant leur appartient

toute cette végétation

née d’une sorte d’extase

nous accompagnait

je parle de ce bois,

de toutes ces herbes que le vent

acide

rend folles.

Frank Venaille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *